Double cursus Allemand Arts & métiers

KIT Karlsruhe 2015
Photo de la visite des élèves germanistes à Karlsruhe en 2015

L’ENSAM et l’Université de Karlsruhe organisent depuis 1996 un cursus intégré franco-allemand dédié à la formation d’ingénieurs en génie mécanique à compétence internationale qui se déroule sur sept semestres.

La formation est double - diplômante : elle délivre un diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers et un diplôme de l’Université de Karlsruhe (Faculté de Maschinenbau).

Les élèves français restent sous la responsabilité de l’ENSAM et les élèves allemands sous celle de l’Université de Karlsruhe.

Les études sont régies par un volet de scolarité très précis voté par les instances pédagogiques des deux partenaires.

Les ingénieurs issus de cette formation sont très recherchés en raison de leurs grandes compétences scientifiques et techniques mais surtout pour leur double culture. Ils ont fait preuve de mobilité, maîtrisent plusieurs langues et sont prêts à travailler dans toute l’Europe...

 

Liens : École Nationale Supérieure des Arts & Métiers  -  Cursus franco-allemand A&M  -  KIT

Les Arts & Métiers ParisTech

Lien vers le site de l'Ecole : http://www.ensam.eu/

La filière PT dans les Écoles d'Ingénieurs

Le sens du concret

Parmi les attentes des entreprises industrielles vis-à-vis d'un ingénieur figure, en bonne place, la capacité à appréhender "physiquement" les problèmes. La part plus importante accordée aux sciences de l'Ingénieur dans la filière PT est, dans cette optique, un avantage par rapport aux autres filières.

  • Les responsables de l'École Centrale de Paris soulignent que si "les MP réussissent mieux dans les matières fondamentales, les PT réussissent mieux dans les matières plus techniques (...). Les PT sont plutôt forts en mécanique, habiles sur les logiciels de simulation, et se distinguent par leur approche "ingénieur" et physique des problèmes. Ils ont un certain pragmatisme et savent appréhender les systèmes complexes."
  • Selon l'ENSAM, la culture industrielle acquise par les PT à leur arrivée en école s'avère très intéressante : les sciences de l'Ingénieur se situant au carrefour des applications des connaissances de mathématiques et de physiques, elles doivent permettre "de se poser les bons problèmes, de les analyser et d'avoir recours aux bonnes connaissances pour les modéliser et les résoudre en ayant, de plus en plus souvent, une approche interdisciplinaire".
  • De même, Supélec salue "leur sens pratique et leur sens physique poussé. Ces étudiants ont le sens physique de l'ingénieur, sont sensibilisés aux métiers et aux contraintes de l'ingénieur". Cette spécificité s'avère très complémentaire aux formations proposées par les autres filières scientifiques.

Travail en équipe

La capacité à travailler en équipe et à gérer un projet est une autre exigence majeure attendue des ingénieurs. La filière PT valorise cet aspect, avec de nombreuses (plus que dans les autres filières) heures de travail en groupes restreints. Cette spécificité se perçoit dans les écoles, qui reconnaissent unanimement les qualités des élèves issus de cette filière.

  • L'École des Mines de Paris, notamment, souligne que les étudiants de PT s'épanouissent particulièrement dans le cadre des enseignements par projets.
  • L'École Centrale de Paris remarque également que les PT "réussissent mieux (...) dans les projets". L'évolution des enseignements de cette école est en adéquation avec cette attente, en accentuant notamment "une pédagogie active : autonomie, mise en situations, travail en équipe, projets multiculturels".

Globalement, les écoles constatent que les élèves réussissent équitablement, quelle que soit leur filière d'origine en CPGE. Par la suite, on retrouve les étudiants issus de PT dans tous les secteurs d'emploi. Ainsi, la part plus importante des sciences de l'Ingénieur dans ce cursus est particulièrement appréciée au sein des écoles, sans qu'elle constitue un quelconque handicap vis-à-vis des autres filières, tant dans le parcours étudiant que dans le parcours professionnel.

La conférence des Grandes Écoles

Cliquer sur l'image ci-dessus qui renvoie vers le site de la CGE.

Article issu du site de la CGE :

Un bachelier entrant en classe préparatoire a 90 % de chances d’obtenir un diplôme de grade master 5 ans après. Les formations qu’elles délivrent sont un véritable passeport pour l’emploi : plus de 80 % des diplômés sont insérés dans le monde du travail 6 mois après l’obtention de leur diplôme, dont les ¾ en CDI. Le taux d’insertion atteint 93 % 12 mois après...

Pour lire la suite : c'est ici.